Tunisie: un troisième décès après les troubles de Sidi Bouzid

Dépêche AP, 1 janvier 2011 :

Le bilan des troubles sociaux qui ont secoué la région de Sidi Bouzid, dans le centre-ouest tunisien, s’est alourdi à trois morts à la suite du décès d’un manifestant qui a succombé à ses blessures vendredi à l’hôpital Hédi Chaker de Sfax (sud), a-t-on appris samedi auprès de sa famille.

La victime, Chawki Belhoucine Hadiri, 44 ans, avait été atteint par balles à l’épaule et à la colonne vertébrale lors des affrontements qui avaient opposé manifestants et forces de l’ordre le 24 décembre dernier à Menzel Bouzyane, à 60km de Sidi Bouzid, a rapporté à l’Associated Press son frère Bachir.

Au cours de ces accrochages, un jeune Mohamed Amri, 18 ans, avait été tué par balles. Avant lui, un jeune chômeur, Houcine Néji, avait péri électrocuté après avoir escaladé un pylône haute tension.

Les troubles avaient éclaté le 17 décembre dernier à la suite de la tentative de suicide d’un jeune vendeur ambulant.

Mohamed Bouazizi, 26 ans, s’était immolé par le feu en s’aspergeant d’essence après la saisie de sa marchandise, des fruits et légumes, par des agents municipaux. Les manifestations s’étaient propagées par la suite dans plusieurs régions du pays.

Des rassemblements d’avocats en signe de solidarité avec la population de Sidi Bouzid, auxquels a appelé vendredi leur conseil de l’ordre, ont été « brutalement empêchés » par les forces de l’ordre devant les tribunaux de nombreuses villes dont Tunis, selon un communiqué signé par le bâtonnier Abderrazak Kilani. « Plusieurs avocats ont été agressés et blessés dont certains ont dû être hospitalisés », ajoute le communiqué.

En réaction à cette « répression », les avocats envisagent de déclencher une grève dont la date doit être fixée lors d’une « réunion urgente » prévue lundi.

De leur côté, des journalistes ont tenté vendredi, en vain, de rencontrer le ministre de l’Intérieur Rafik Belhaj Kacem, pour protester contre « les entraves et les agressions » dont ont été l’objet plusieurs de leurs confrères, dans le sillage des troubles de Sidi Bouzid, a-t-on appris auprès d’un membre du groupe des protestataires Zied El Héni.

Le syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) avait précédemment dénoncé ces entraves en exprimant son « indignation » face au verrouillage médiatique.

Publicités
Cet article, publié dans Luttes sociales, Répression, Tunisie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Tunisie: un troisième décès après les troubles de Sidi Bouzid

  1. Ping : Tunisie : les lycéens appellent à la grève | Pour un monde meilleur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s