Fournié-Grospaud (Toulouse) : les salariés en grève

La Dépêche, 8 janvier 2011 :

« Les vraies réussites sont celles que l’on partage ». Rue Paule Raymondis, des salariés de Fournié Grospaud Synerys invitent leur direction à méditer le slogan du groupe Vinci, dont l’entreprise toulousaine spécialisée dans la fabrication d’armoires électriques est une filiale. Depuis fin décembre, près de 60 % des 132 salariés sont en grève. La trêve des confiseurs n’a en rien entamé leur détermination : toute la journée, ils campent autour d’un feu de bois et la production est très perturbée, même si l’accès à l’entreprise reste libre. Le conflit est né en octobre lors des négociations annuelles obligatoires (NAO) entre la direction du site et les organisations syndicales. La direction n’a proposé qu’une augmentation des salaires de 1,5 %, alors que les organisations syndicales réclamaient un geste d’au moins 4,5 %. « Notre revendication nous semble d’autant plus légitime que notre société a réalisé 12 % de bénéfices, justifie Philippe Loze, porte-parole de l’intersyndicale CGT-CFDT-CFTC. Nous regrettons aussi que Vinci ait une politique de rémunération globale et non salariale. Nous réclamons toujours une augmentation de 4,5 % minimum pour tous ainsi qu’une prime de compensation pour les grévistes. »

Reprise des négociations

Alerté par la présence des salariés sur le domaine public, le conseiller général et sénateur socialiste Jean-Jacques Mirassou a enjoint la direction de Fournié Grospaud Synerys à reprendre le dialogue. « Au regard des bénéfices affichés par l’entreprise, les revendications salariales exprimées au cours de la NAO sont loin d’être exorbitantes, à plus forte raison si on prend en compte les dividendes versés aux actionnaires », soulignait l’élu dans un courrier envoyé jeudi à la société. Lors de nouvelles négociations vendredi, la direction a proposé une augmentation de 3 % de l’ensemble des salaires. Une avancée jugée insuffisante par les syndicats, plus que jamais unis et déterminés. « Que le dialogue est repris et qu’il progresse enfin est une bonne nouvelle, note toutefois Jean-Jacques Mirassou. Cette absence de dialogue était insupportable. » Interrogée, la direction n’a pas souhaité s’exprimer.

Publicités
Cet article, publié dans Dans les entreprises, France, Luttes sociales, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s